ABLA-KA

14 août 2019

ABLA-KA

Abla-Ka

Tout blanc. Tout blanc.

Ne fasse pas qu’il se souille.

Le bon savon ne salit pas le pagne.

Ne fasse pas qu’il se salisse.

Ne fasse pas que survienne cette maladresse dont on se moquera.

Ne salis pas ce pagne blanc.

C’est Orunmila qui t’a lavé ce pagne.

Ne fasse pas qu’il se salisse.

C’est Fa qui t’a lavé ce pagne.

Ne le salis pas.

Celui qui t’a lavé ce pagne n’est pas ton égal.

Ne le salis pas.

Ce chant accompagne un initié au retour du marigot.

Abla-Ka lui dit:

« Ces têtes qui chantent, cachent un Dieu.

Ces bouches louent un Dieu.

Ces sons rythment le nom de Dieu.

Dieu est déjà avec toi.

Ne le cherche pas ailleurs.

Ceux qui ont interverti l’ordre de ces calebasses,

N’ont pas vu leur Dieu,

Nulle part, ils ne l’ont rencontré.

Jamais l’habit de ton père ne peut te dépasser.

Essaie-le tout le temps.

Un jour, il t’ira. »

About ONIFA

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *